Des biographies pour la fin de l’année

26 Nov
 la-petite-fille-balancoire

B BED p

La Petite fille à la balançoire de Frédérique Bedos

C’est l’histoire d’une petite fille dont la maman sombre lentement dans la maladie mentale. Elle rencontre une famille extraordinaire de la banlieue de Lille, qui adopte des enfants du monde entier. Adolescente, elle partage son temps entre cette maison du bonheur et des moments compliqués avec sa mère à la dérive. Entre amour doux et amour fou : voici la vie de Frédérique Bedos. Le bac en poche à seize ans, elle débarque à la capitale pour ses études. Repérée par un producteur américain, sa vie s’accélère entre Paris, Londres et New York. Malgré tout, les prime Time sur MTV, France 2 ou M6 ne parviendront jamais à lui faire oublier d’où elle vient et à qui elle doit d’être sauvée.

 california-girls

B LIB c

California Girls de Simon Liberati

Los Angeles, 8 août 1969 : Charles Manson, dit Charlie, fanatise une bande de hippies, improbable « famille » que soudent drogue, sexe, rock’n roll et vénération fanatique envers le gourou. Téléguidés par Manson, trois filles et un garçon sont chargés d’une attaque, la première du grand chambardement qui sauvera le monde. La nuit même, sur les hauteurs de Los Angeles, les zombies défoncés tuent cinq fois. La sublime Sharon Tate, épouse de Roman Polanski enceinte de huit mois, est laissée pour morte après seize coups de baïonnette. Une des filles, Susan, dite Sadie, inscrit avec le sang de la star le mot PIG sur le mur de la villa avant de rejoindre le ranch qui abrite la Famille.Au petit matin, le pays pétrifié découvre la scène sanglante sur ses écrans de télévision. Associées en un flash ultra violent, l’utopie hippie et l’opulence hollywoodienne s’anéantissent en un morbide reflet de l’Amérique. Crime crapuleux, vengeance d’un rocker raté, satanisme, combinaisons politiques, Black Panthers… Le crime garde une part de mystère.

 marie-durand

JB LAC m

Marie Durand « Non à l’intolérance religieuse » d’Ysabelle Lacamp

En 1685, la révocation de l’édit de Nantes interdit le protestantisme en France. Marie Durand, jeune fille de famille protestante (son frère est pasteur) voit progressivement sa famille être decimée par les autorités royales. En 1730, elle est enfermée à son tour : sa captivité durera 38 ans. 38 ans durant lesquels elle n’aura de cesse d’écrire et de proclamer sa liberté de culte.

 dangereuse

B ABI d

La Dangereuse de Loubna Abidar

Au Maroc, elle dérange. Trop libre. Trop franche. Trop vraie. Trop femme. Loubna Abidar est devenue un symbole, l’incarnation d’une résistance. Jamais elle ne baisse les yeux, jamais elle ne retient ses mots. Elle en a acquis un surnom : « Abidar la dangereuse ». Le succès international du film Much Loved (2015), où elle joue le rôle d’une prostituée, lui a valu d’être nominée pour le César de la meilleure actrice. Mais aussi d’être traitée de « pute », menacée de mort et agressée dans son pays. Sa faute ? Avoir osé briser des tabous sur la nudité, la prostitution, la place des femmes dans une société machiste.

 emplacement-reserve

B JAM e

Emplacement réservé de Corine Jamar

Emma, huit ans, handicapée, a droit à un emplacement réservé devant la maison. Sauf que des voitures  » de l’innocente familiale au panier à salade, en passant par le corbillard et la Porsche  » s’y installent à la place de celle de sa mère. Celle-ci voit rouge et décide de prendre le taureau par les cornes. Si la bataille contre les égoïsmes de tout poil que mène cette jeune mère en colère pour défendre sa fille bien-aimée prend parfois des allures de corrida, l’humour est toujours présent.

 chroniques-medecin B SAP a

Autres chroniques d’un médecin légiste de Michel Sapanet

Avec ses chroniques teintées d’humour noir, Michel Sapanet raconte la véritable histoire des corps anonymes qui arrivent sous son scalpel. Suicide déguisé, accident, bagarre, règlement de comptes, il passe en revue les affaires criminelles sur lesquelles il a enquêté et continue à faire parler les morts. Des chroniques macabres dignes des meilleures séries, et pourtant bien réelles. Une plongée en apnée dans le sombre univers de la médecine légale.  « Chaque affaire qu’il relate avec, parfois, une pointe de délectation jamais malsaine, recèle son lot de bizarreries, de cocasseries même. Des histoires extraordinaires. »

 cecile

B OLI c

Cécile ma fille, ma disparue de Jonathan Oliver

8 juin 1997. Cécile Vallin, 17 ans et demi, se volatilise à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), la veille des épreuves du baccalauréat. La dernière fois qu’on l’aperçoit, elle longe la départementale, vêtue d’un jean et d’un T-shirt. Que s’est-il passé ? Est-elle encore vivante, séquestrée ? Ou bien a-t-elle été victime d’un tueur, toujours en liberté ? Quelqu’un, quelque part, sait. Cécile a laissé derrière elle un père terrassé par le chagrin, mais mu par l’espoir de la retrouver un jour saine et sauve.

 il-est-cinq-heures

B LIV i

Il est cinq heures, Paris s’éveille, mémoires de balayeuse d’Anna Livart

Les hommes en « jaune et vert » peuplent les rues de Paris pour rendre la ville plus propre, plus belle. D’ordinaire, nous les ignorons et leur silhouette est plus familière que leur parole. Anna Livart est une jeune femme qui a balayé les rues de Paris pendant deux longues années. Dans le froid, sous la pluie, la neige, le vent… Son métier est rapidement devenu un poste d’observation social unique. Son livre est un témoignage fort sur ce que nous sommes vraiment, naturellement. Les portraits qu’elle tire des parisiens et de ses collègues sont passionnants ! >> L’AUTEUR D’origine hollandaise, Anna Livart est amoureuse de Paris. Son amour la poussa à passer le concours de balayeur, profession peu commune qu’elle exerça pendant deux ans. Aujourd’hui, elle travaille dans le milieu hospitalier.

 quinze-rounds

B BOH q

Quinze rounds  de Richard Bohringer

« J’ai passé ma vie sur la route. Tout seul. Avec la blonde. Avec mes fils, avec la musique, avec mes filles. Des milliers et des milliers de kilomètres. Coureur de savanes, enjambeur d’océans. T’as trop couru, t’as le souffle court. Les hanches, ça va toujours. Même si elles servent plus à grand-chose, elles ont le tempo pour écrire. Voilà ce que je ramène. Quinze rounds. Celui qui clôt. Qui ferme le rideau. » De l’enfance aux frasques de la jeunesse, des premiers rôles aux succès qui ont jalonné sa carrière, de la découverte de l’Afrique à la passion de l’écriture, Richard Bohringer se raconte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :